Horizon pres jeté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Horizon pres jeté

Message  Grimmy le Sam 22 Aoû - 20:44





Asmodée






Fiche d'identité.



Pseudo : Asmodée
Provenance : Inventée.
Sexe : Cherchez What a Face
Age : N'a plus compté après son petit milliard dépassé.




Mental




Quand les gens vous prennent pour un monstre, il n'y a qu'une chose à faire : dépasser leurs attentes.

Tel un tableau macabre, Asmodée est recouverte de mille et une émotions toutes plus effrayantes les unes que les autres. Elle fut la première à propager ses maux, la première à les expérimenter, si bien qu'elle en devint la personnification même. Pouvant représenter toute l'étendue de l'Orgueil par sa simple présence, ce fut lors de la séparation avec son frère qu'elle cultiva ce péché en elle si bien qu'il en devint le plus atroce par la suite. Envahie par un sentiment de supériorité presque exagéré, celui-ci vint à être alimenté par le simple fait que même les dieux n'ont su lui barrer la route. Elle qui ne reste que simple mortelle aux yeux de l'existence a pourtant outrepassé sa nature et à mis à mal la création elle même. Guidée par une ambition démesurée, elle a arrêté de la suivre lorsqu'elle parvint enfin à la rendre réalité. Elle a accompli ce que tous espèrent, désormais, elle est l'arbre d'où viennent germer chaque fruit portant le nom d'Orgueil, dans chaque être pensant.

Avare
de richesse, elle prend un certain plaisir à se vautrer dans ce que le reste du monde considère comme précieux. L'or, les diamants, l'argent, ces choses n'ont pourtant aucune signification aux yeux de la demoiselle démoniaque. Mais c'est ce qui se cache derrière cela qui l’intéresse, cette idée de faire germer l'envie chez les autres, de se montrer supérieure à travers la plus grande perversion engendrée par l'homme. Si bien, que cette aversion pour ces préciosités illusoires la rendit symbole même de l'Avarice.

De cette cascade d'émotions malveillantes découle l'Envie. Asmodée fut privée de son désir le plus absolu, désormais, bien qu'elle semble intéressée par ce qui se déroule dans l'existence, elle a en elle une profonde et dévorante jalousie. Elle veut posséder ce qu'elle n'a pas, cela étant aussi vital pour elle que de respirer pour un être humain. Elle ne peut permettre à autrui, d'avoir quelque chose qui n'est pas connu de la pécheresse. Matériel ou pas, elle fera tout pour subtiliser cette chose qui lui manque. Bien qu'en réalité, cette envie destructrice a fini par s'amoindrir au fil du temps, elle qui a fini par tout avoir.

Plus tard, lorsqu'elle tenta de s'assagir, elle vint à trouver un plaisir inné dans le fait de corrompre la chaire. La Luxure se créa en même temps qu'elle fit cette découverte, un moyen pour elle de pourrir l'esprit encore plus subtilement qu'elle ne l'avait déjà fait. Tous les démons du plaisir prennent leurs parts d'origine chez elle, par ailleurs, Asmodée est passée plusieurs fois entre chaque monde venant convertir aux cotés obscures les êtres les plus saints. La Luxure étant un des péchés les plus perfides, capable de détruire le cœur de la fabrication la plus stable existante. Cette émotion fut par ailleurs tellement puissante qu'elle vint à frapper les dieux eux mêmes, sans aucun moyen de se défendre de celle-ci.

Par ailleurs, le fait d'avoir découvert chaque facette de l'existence, chaque chose de la création fit naitre en elle une profonde Paresse. Lasse de tous cela, elle en vint à négliger son comportement, son devoir de Mal originel. Pendant une longue période, ce fut un répit presque inné pour ses ennemis. Malheureusement, comme chaque chose se façonnant en Asmodée, elle vint à s'emparer d'autrui aussi vite que la peste. Inoffensive dans un premier lieu, ce péché était comme la Luxure, moins perfide mais plus destructeur encore. Cette émotion habite toujours Asmodée, il n'est pas rare de la voir flâner même dans les moments les plus critiques.

Mais, la part la plus dominante de la maléfique Asmodée est encore la Colère, sans fin qui la hante. Cette haine pour les dieux, pour tout ce qu'ils engendrèrent par la suite est si forte qu'elle justifie à elle seule l'existence de la demoiselle. Sans colère, Asmodée n'est plus, sans haine, elle s'écroulerait sous ses propres vices. Pour autant, ce pouvoir qui rugit en elle semble incontrôlable, les dieux l'ont enchainé tant bien que mal, pour le bien d'Asmodée mais surtout le leur. Cependant, le jour ou celle-ci ressurgira complètement, tout chose prendra fin.

Pour conclure sur une note positive, il semble que seule la Gourmandise ne provienne pas de l'ancienne Guerre. Même elle n'a aucune justification à cela, bien que cela l'intrigue de voir qu'elle n'est plus la seule à pouvoir assombrir la création. Ce qui est en soit, une certaine victoire pour elle qui avance tant bien que mal dans son projet de déchéance universelle.



Physique




Une abomination sans précédent dont on est pourtant incapable de détourner le regard...

Je cours, je fuis cette chose qui me veut du mal. Pourquoi moi ? Qu'est-ce que j'ai fais pour qu'une pareille ignominie me hante ? Ses yeux viennent transpercer toutes les fibres de mon corps, d'un rouge éclatant, ils semblent rappeler les nombreux litres de sang que ce démon a déversé. Je n'arrive pas à me détacher ce regard de mon esprit, perçant l'obscurité il y a peu, ils me fixaient avec un sadisme certain. Lorsque j'eus le courage de baisser légèrement les yeux, lorsque la tension fut si intense que je ne pus soutenir cette vision, je crus voir un sourire carnassier. Ce monstre se riait de moi, moi qui cours désormais pour espérer échapper à sa démence.

Non ! La chose m'a rattrapé, je sens son souffle caresser ma nuque qui soutient ma tête fébrilement. Je n'ose pas me retourner et pourtant, mon âme est comme appelée par ce démon malveillant et pourtant si envoutant. Ses cheveux, car oui cette chose a des cheveux, viennent le long de mon corps. Ils se parent d'un noir si profond, si intense, une envie indescriptible de me perdre dans cet océan de ténèbres m'arrache le cœur. Soudain, plus rien, la source de mes tourments semblent reculer, pour que je puisse une fois retourné contempler toute sa présence.

A mon plus grand désarroi, la lueur de la lune vient caresser son corps que je pensais pourtant difforme. En vérité, ma plus grande peur ne semble guerre plus grande qu'une femme. En tout point, elle ressemble à une jeune femme que j'aurais pus croiser dans un coin de rue sans y prêter attention. Mais, ce pincement au cœur ne cesse de se décupler à chaque instant que je pose mes yeux sur elle. J'ai envie de croire qu'elle n'est qu'une jeune fille, possédant une carrure assez frêle et étant fagotée comme une russe. Mais, son sourire me rappelle à l'ordre à chaque instant, il vient écraser chaque once d'espoir qui essaye d'émerger dans mon esprit.

J'ai peur, alors que je me croyais sauf de ce sentiment douloureux, il ne fait que s'attiser au fil des secondes. La fille s'approche de moi, mon instinct masculin pourtant réfréné me pousse à l'analyser davantage. Ses formes n'étaient aucunement voluptueuses, cachés sous tant de vêtement, j'ai l'impression qu'elle n'en avait même pas. A cette pensée, je la vois faire la moue, comme si elle avait compris mes pensées. De cette conclusion, je me sens encore plus oppressé, mon corps transpire tandis qu'elle reprend sa route vers moi pour s'approcher davantage.

En un battement de cil, ce corps que je pensais si faible se retrouvait déjà à porté moi. Sa bouche charnue venant s'approcher de mon oreille, je tremble d'effroi lorsque j'entends quelques mots de sa part :

- Fais en sorte de ne pas te casser trop vite.

Cette voix semblait sortir des profondeurs les plus insondables des enfers. Tous mes membres se crispèrent et à chaque mot qu'elle avait prononcé, j'avais de plus en plus froid. Tout est désormais clair pour moi, je viens de rencontrer un démon comme les histoires n'en font pas. Un démon inimaginable échappant à toute notion humaine.



Histoire



La guerre ne salit pas l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

A l'aube de la création, là où le tissu même de l'existence commençait à peine à se parer de couleurs divines. Le commencement de tout, prenant la forme d'une graine entrainant par la suite l'éclosion d'une infinité de monde tous plus différent les uns que les autres. Ce début sans précédent s'appelait Génése. Ce mot perdit son sens par la suite, utilisé sans retenu par des êtres aussi primitifs que médiocres. L'introduction de la première ère se vit dirigée par la première forme de conscience, synonyme alors de vie et de création. Du noyau originel, germèrent plusieurs autres existences, représentants chacune d'entre elles, une notion abstraite. Des piliers fondateurs, que l'on pouvait qualifier de divin. Les véritables dieux nacquirent à ce moment précis, les autres n'étant que de vulgaires copies qui se répandirent à travers les univers plusieurs milliards d'années plus tard.

Cependant, chaque dieu s'avérait être d'une pureté sans égal, d'un blanc parfait n'ayant jamais connu une seule once de noir. En ces temps immémoriaux, la balance de bien et du mal, n'existait pas. Le bien était omnipotent et omniprésent, si bien qu'il perdait sa définition même, sans mal, le bien n'était comparable qu'à une pensée éphémère. Ces dieux primordiaux, battirent la cité monde. Aussi vaste que l'horizon, elle vit en son sein grandir des êtres inférieurs, les rejetons des dieux. Êtres purs ne pouvant se transcender comme leurs géniteurs. Quelques instants après, le temps n'étant alors pas une dimension connue, l'existence n'eut plus besoin de rien pour se soutenir d'elle même.

Cependant, alors que le noyau devait s'éteindre à jamais, laissant place ainsi aux règnes des dieux et à la divergence des mondes, deux entités émergèrent avant la résorption de celui-ci. Contrairement à leurs confrères, ils n'étaient pas divins, probablement un défaut dans la magnificence de la création. Dotés d'une apparence physique, l'un semblait s'apparenter à un homme de nos jours et se nommait Paix. Par ailleurs, celle qu'on pouvait considérer comme sa sœur arborait une forme femelle et une présence bien plus imposante que son frère. Pour seule nom, lui vint celui de Guerre.

Les dieux pour la première fois furent partagés. La moitié avait une volonté poussée de les transcender dans l'immédiat, tandis que l'opposition n'avait aucune envie de remettre en cause la décision du noyau. Que s'ils n'étaient pas des leur dans l'instant, cela voulait dire quelque chose. De cela, on en vint à la conclusion dramatique de les tester, durant une période indéterminée. C'était à ce moment que par nécessité, le temps fut crée et compté.

L'évolution des deux individus furent très différentes. Paix était d'une gentillesse remarquable, contemplant chaque jour de sa vie les prémices de cette ère. Tout comme ses confrères, il rayonnait à travers lui une aura d'un éclat aveuglant. Guerre quant à elle ne posa pas de problèmes dans l'immédiat, cependant, quelque chose la rendait bien différente de ce que le monde avait alors connu. Elle était... vindicative, cherchait la réussite dans chaque action, par ailleurs, elle créa même le "jeu" trouvant ce monde magnifique mais lassant à la longue. Pour la première fois, cet univers si pur se vit entaché d'une marque d'un gris à peine perceptible mais bien présent.

Les moments passèrent et vint la décision des dieux. Les deux frères et sœurs, inséparables, étaient tous deux confiants. Ils n'avaient été que les victimes d'un léger désagrément, l'ordre allait être rétabli. Mais, ces êtres divins tout puissant firent une erreur, celle qui allait causer la perte de cette perfection. Seul Paix fut jugé digne de rejoindre leurs rangs, Guerre fut mise de coté, sans aucune possibilité d'explication. Coupée à jamais de sa nature véritable, ce qui lui servait de cœur se brisa, hurlant de souffrance. Cependant, alors que Paix naviguait dans un plan d'existence différent du sien, elle se découvrit dans la souffrance plus que dans tout son vécu.

Le chagrin, la peur, la douleur, la vengeance, la haine ! Tant d'émotions furent créées en son sein et vinrent rejoindre le parchemin désormais sale de toutes ces choses malsaines. Les dieux ne comprirent que trop tard leur échec. Dans le désarroi, ils envoyèrent trois "enfants" à la chasse de Guerre. Ils ne pouvaient pas la laisser souiller la création trop longtemps, lorsque les envoyés trouvèrent Guerre, celle-ci ria à gorge déployée.

- Magnifique ! Vous êtes venus m'exterminer n'est-ce pas ? Après que l'on m'ait enlevé ce qui me revenait de droit ! Bien bien... Cependant, je me dois de vous rappeler quelque chose.


Après cela, elle marqua un temps d'arrêt, comme si le monde était suspendu à ses lèvres. Chaque seconde, la situation devenait de plus en plus sombre, malveillante.

- ... Je suis la Guerre !

Ce jour là, elle donna un sens au mot "mortel". Incontrôlable, elle qui se revendiquait Guerre devenait de plus en plus difforme. La trahison l'avait amenée à outrepasser sa fonction, sa représentation. Elle avait acquis dans l'agonie, l'indépendance, elle était devenue ce que personne ne pouvait façonner. Le mal... Un mal incontrôlable et plus pur que n'importe lequel, son essence même donna vie aux multiples enfers, aux démons et à tous ceux qui se voulaient profondément maléfique. Le péché originel, la source des maux de tout univers.

Pour parfaire son pouvoir, la rendre invulnérable aux dieux, elle versa son sang sur le parchemin du monde. La rendant ainsi fondatrice de force des fruits à venir de ce parchemin. Elle n'était guère une divinité, elle n'en avait que faire de ces inepties. Cependant, pour éviter que ses ravages ne se multiplient encore et encore, ce fut Paix qui tenta de l’arrêter. Malheureusement, la perfidie de celle qu'on nommait encore Guerre n'avait plus aucune limite. Extrémiste à ses heures perdues, elle avait perdu tout amour en son frère. Ainsi, lorsqu'il vint à elle désarmé, dépouillé de son statut de divinité l'espace d'un temps, elle n'hésita pas à le capturer.

S'en suivit une éternité à déverser sa haine sur le corps décomposé de son frère, telle une charogne rongeant jusqu'à l'os sa proie. Les dieux étaient impuissants, ils ne pouvaient atteindre ce qu'ils ne pouvaient comprendre. Ce ne fut qu'après moult amusement qu'elle vint à exterminer chaque fibre de celui qu'on appelait Paix, faisant ainsi disparaitre tous ce qu'il représentait avec lui.

- Tu étais trop naïf mon frère. Désormais, la paix ne sera qu'une utopie, un infime moment de répit entre deux guerres. Vas donc te perdre dans le néant tandis que je répands ma vengeance sur ta puérile petite famille céleste.


Lorsque vint la division et l’émergence de chaque monde, Guerre avait déjà engrangé une quantité suffisante de maux pour pourrir chaque dimension. Par ailleurs, un nombre incalculable de ses engeances se revendiquèrent mal absolu, Lucifer, Satan, Belzébuth, Hadès parfois, tant de nom qu'on donnait à cette atrocité qu'elle était devenue. Cependant, elle préféra se vêtir d'un habit plus classieux à l'oreille, ainsi furent les prémices d'Asmodée.

Malgré la floraison des divers dieux, il n'y avait qu'une seule et unique Asmodée, présente que dans une réalité, un seul instant. Elle avait fait son œuvre, désormais, elle n'était plus que simple spectatrice de celui-ci. Quelle ne fut pas sa curiosité lorsqu'elle vit émerger dans une multitude de monde, des vortex venant aspirer une partie d'entre eux à chaque fois. Intéressée, elle n'avait pas encore eut vent de cette dimension qu'elle n'avait pas encore foulé. C'était ainsi qu'elle emprunta à l'improviste ce moyen de transport atypique pour pénétrer en Horizon, non sans se faire dépouiller de sa puissance. Mais qu'importe, le Mal finit toujours pas triompher.


Et vous ?



Prénom : Dieu ?
Âge : Bonne question
Loisir : J'en ai plus vraiment avec tous ce boulot !
Comment avez vous découvert ce forum ? Le fonda est mon amant.
Avez-vous lu le règlement ? Non, c'est surfait.


Grimmy
Admin

Messages : 292
Date d'inscription : 19/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://ploppp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum